Coeur du Sundgau > Lire un article > 15ème chemin d'art Sacré à FELDBACH
le 08/06/2018 à 14:15
Insriptions 1ère Communion - Rappel
Il est encore possible d'inscrire les enfants nés en 2010 au parcours de préparation à la Première Communion: jusqu'au 31 juillet 2018 au presbytère de Hirsingue ...
le 29/10/2017 à 21:36
Visite pastorale autour de la tente de la Rencontre - A FELDBACH, du 16 au 22 JUILLET 2018
Rencontres sous la Tente de la Rencontre, du lundi au vendredi. Le curé vous attend, pour vous écouter et échanger avec vous. Rencontres avec les visiteurs de malades, aidants, ....

LES PAROISSES
ORGANISATION GENERALE DE LA PAROISSE
EGLISE
Des Gestes pour le Baptêmes
Démarche à faire pour le Baptême
BENEDICTIONS ARBRES de la RECONNAISSANCE
RENTREE SCOLAIRE 2013-2014
LA REGLEMENTATION FUNERAIRE
CHRONIQUES PASTORALES
CHRONIQUES PASTORALES 2
LES PAROISSES !
LA VIE PAROISSIALE 2
MCR Mouvement Chrétien des Retraités
LA COMMUNAUTE DE PAROISSES
OBSEQUES en COURS sur la Communauté
DYNAMIQUE DIOCESAINE
PASTORALE des ENFANTS
CONCILE VATICAN II - 50 ans
LE MARIAGE !
LE BAPTEME en Eglise
PASTORALE de la SANTE
INFORMATIONS PASTORALES
LETTRE PASTORALE de notre Archevêque
EAP EQUIPE ANIMATION PASTORALE
LES SACREMENTS
LA VIE PAROISSIALE
BOUGE TON EGLISE
HOMMAGE à nos BENEVOLES !!!
LA PASTORALE DES JEUNES
LE SAVIEZ VOUS ?
CARITAS Equipe Locale
ART SACRE FELDBACH
AIR du TEMPS ?
LITURGIE
Servants d'Autel / enfants de Choeur....
CONSEILS de FABRIQUE
CPM CENTRE de PREPARATION aux MARIAGES Haut Rhin
CITATIONS du MOIS !
JEAN PAUL II
CMR CHRETIENS en MONDE RURAL
PRIERES pour Aujourd'hui !
HISTOIRE du DIOCESE de STRASBOURG
SOUVENIRS
ARCHIVES
15ème chemin d'art Sacré à FELDBACH      


15ème chemin d'art sacré (été 2012)

carteprogramme saverne ribeauville sigolsheim rosheim_kotrys surbourg haguenau rosheim_mouchon wissembourg lautenbach_farrugia lautenbach_flory lautenbach_huppert feldbach murbach lautenbach_weber

Wissembourg St Jean Saverne Surbourg Haguenau Rosheim Ribeauville Sigolsheim Lautenbach Murbach Feldbach


1997 - 2012 : « 15 ans d’art contemporain dans les églises ! »

« S’asseoir devant une oeuvre… la contempler…
prendre le temps de se laisser toucher…
prendre le temps de se laisser faire, de s’abandonner.
L’oeuvre s’adresse au coeur, elle invite à la rencontre.
Un peu, comme si elle voulait couler vers Lui, une Présence de Lumière…
 
L’oeuvre est une passerelle vers la communion.
Méditer, réfléchir devant une oeuvre,
c’est se rendre disponible à une Présence, c’est s’ouvrir à elle…
c’est la laisser vivre en nous… »
 
Paul VI dans son exhortation apostolique Evangelii nuntiandi (8 déc. 1975) disait : « la rupture entre l’Évangile et la culture est sans doute le drame de notre époque »…
Depuis toujours les églises ont accueilli les oeuvres de leurs contemporains, de Giotto à Michel-Ange. Notre regard d’aujourd’hui a parfois du mal à y découvrir autre chose que ce à quoi il s’attend à y trouver depuis des siècles… éduquer un peu le regard, apprendre à se laisser surprendre, à goûter une certaine liberté, restent des choses bien ardues parfois.
Ces quelques mots situent quelque peu la finalité du Chemin d’Art Sacré à savoir celle de s’ouvrir sans jugement à la Présence, au travers de l’expression interprétative d’autrui en rapport avec une Parole Biblique. Comprendre que le beau n’est pas qu’ajustement de lignes ou de formes, comprendre que l’émotion qui se dégage d’une oeuvre par le choix de couleurs, matériaux et de techniques variées ne renvoie pas à un code défini par avance mais à travailler sur son propre ressenti… cela s’apprend…
Car c’est un art en soi que de se mettre en état d’ouverture… que de ne pas juger, que d’écouter son ressenti et non pas son mental constitué de références et d’attentes codifiées…

Les églises

Wissembourg (Bas-Rhin)

wissembourgC’est l’abbé Edelin qui, vers la fin du XIIIe siècle a fait édifier cette magnifique église où l’art gothique déploie ses finesses et son élancement.
Comment ne pas admirer son choeur polygonal où de hautes verrières du XIVe siècle déroulent, avec leurs couleurs soutenues, des figures de l’Ancien et du Nouveau Testament ? Dans le transept sud, les  fresques du XIVe siècle montrent la Passion et la Résurrection du Christ, ainsi que la Pentecôte et le Jugement dernier avec les OEuvres de miséricorde. La chapelle romane du XI-XIIe siècles - où se situe l’exposition - est située au nord du cloître. Elle ne sert pas au culte.

St-Jean Saverne (Bas-Rhin)

saverneFondée au XIIe siècle, l’église Saint-Jean-Baptiste est un modèle de l’art roman, évoquant tout ensemble la solidité, la légèreté et l’aspiration vers les réalités d’en-haut. Celui qui prend le temps d’en faire le tour en  la contemplant de l’extérieur sera saisi par la lumière jouant ses nuances sur le grès et dégageant une indéniable impression d’apaisement. De plan basilical sans transept, l’église présente une nef constituée de quatre travées principales couvertes par des voûtes d’ogives. Les vitraux contemporains sont une invitation au silence de la prière.

Sigolsheim (Haut Rhin)

sigolsheimUne première église fut édifiée à Sigolsheim dès 888 par sainte Richarde. Plantée dans un environnement de vignobles, l’église actuelle a été achevée à la fin du XIIe siècle. Ayant subi d’importants dommages entre 1939-1945, elle a été magnifiquement restaurée.
A l’intérieur, les couleurs des vitraux jouant sur les murs sont une invitation à la prière. Et comment, à l’extérieur, ne pas être saisi d’étonnement devant l’imposante façade de grès rose où les sculptures du tympan montrent le Christ accueillant les visiteurs à bras ouverts ?

Surbourg (Bas-Rhin)

surbourgIci se trouvent les traces du plus ancien monastère d’Alsace que saint Arbogast fonda vers 570. Le roi Dagobert, par ses dons, permit son développement.
Construite au XIe siècle, l’actuelle abbatiale a subi plusieurs transformations au XVe et au XVIIIe siècle.
Comment ne pas s’étonner ici d’emblée devant l’assemblage du grès, la solidité et la rigueur simple de l’art roman ? Un bas-relief carolingien au-dessus de la porte latérale nord, une fresque du XVe représentant la Crucifixion, des stalles du XVIIIe siècle sont les témoins d’une communauté insérée dans une ancienne région chrétienne.

Rosheim (Bas-Rhin)

rosheim2L’église Saints-Pierre-et-Paul est un joyau de l’art roman en Alsace. Dans ce sanctuaire du XIIe siècle, comment ne pas admirer les proportions harmonieuses, la richesse de son décor sans surcharge, le subtil décor de bandes lombardes sur la façade, les sculptures sur la toiture ?
Point de repère de la maturité de l’art roman en Alsace, l’église a su allier les traditions architecturales de la vallée du Rhin et des éléments d’influence extérieure, venus d’Italie, de Lorraine et de Bourgogne.

Lautenbach (Haut Rhin)

lautenbachAu VIIIe siècle, dix-huit moines venus du couvent de Honau, une île située sur le Rhin, se sont installés à Lautenbach pour y fonder un monastère. La construction d’une première église en pierre, date de 811. Comment ne pas être saisi, en particulier, devant le porche du XIIe siècle, avec ses ogives et ses doubleaux reposant sur de minces supports ? Il ne faudrait en aucun cas manquer d’admirer le mobilier baroque intérieur, les boiseries, en particulier la chaire, installé par les moines au XVIIIe siècle.

Haguenau (Bas-Rhin)

haguenauL’église fut construite au XIIe siècle, puis aggrandie à partir de 1371.
C’est la nef majestueuse qui surprend d’emblée le visiteur. Le plafond en bois fut remplacé en 1611 par la remarquable voûte réticulée actuelle. Le choeur gothique, contemporain de la cathédrale de Strasbourg, est un modèle d’élégance et de légèreté. Une custode de 1523 est un véritable joyau de pierre, ciselé en dentelles. Les vitraux lumineux dus à Jacques Le Chevalier sont posés entre 1956 et 1969. Dans le transept sud, volets peints de 1496. Dans le transept nord, retable du XVe siècle. Les deux plus grandes cloches sont les cloches les plus anciennes en service en Europe (1268).

Feldbach (Haut Rhin)

feldbach
Située près d’un monastère de bénédictines maintenant disparu, l’église Saint-Jacques date du XIIe siècle. La pureté des lignes de la construction fait naître un sentiment d’harmonie et de sérénité. Ici, rien de superflu. Le visiteur est invité à un dépouillement intérieur et à un retour sur soi. La lumière jouant sur les murs de pierres claires amène à la paix intérieure.

Ribeauvillé (Haut Rhin)

ribeauvilleConstruite à partir de 1282, l’église est constituée d’une seule nef. Dès 1359 elle est dédiée à Saint Grégoire. Elle sera achevée en 1473 et profondément transformée en 1876. La Vierge à l’Enfant, sur le tympan en arc brisé, accueille les visiteurs et la voûte d’une grande luminosité provoque un intense sentiment d’élévation. Comment ne pas s’arrêter devant les statues en grès du Mont des Oliviers et le Christ au tombeau ! (XVe siècle) dont les visages expressifs reflètent la souffrance de l’hum
anité ?

Murbach (Haut Rhin)

murbachFondée par Saint Pirmin en 721, l’abbaye bénédictine de Murbach est un des hauts-lieux de l’art roman en France.
Le choeur, les tours orientales et le transept, conformes  à la tradition de construction du Rhin supérieur, et qui seuls demeurent, témoignent aujourd’hui de son ancienne splendeur. Ici, le calme est au rendez-vous.
Sans doute parce que chacun, tout en se sentant enraciné solidement dans la terre, se sent élevé vers les réalités spirituelles.


 
Chargement...