Coeur du Sundgau > Lire un article > Oh HAPPY DAY !
le 09/03/2016 à 11:32
Rencontres pour la préparation au Baptême -
Les parents ayant un projet de Baptême pour leur enfant sont invités à s'inscrire au Presbytère de Hirsingue et à participer à une rencontre, les premiers mard...
le 08/04/2014 à 19:48
A SAVOIR ! - Renseignements Pratiques
  Quelques RENSEIGNEMENTS PRATIQUES   PERMANENCES au Presbytère de HIRSINGUE :     mardi après-midi, de 15 H à 17 H     mercredi...

LES PAROISSES
ORGANISATION GENERALE DE LA PAROISSE
EGLISE
Des Gestes pour le Baptêmes
Démarche à faire pour le Baptême
BENEDICTIONS ARBRES de la RECONNAISSANCE
RENTREE SCOLAIRE 2013-2014
LA REGLEMENTATION FUNERAIRE
CHRONIQUES PASTORALES
CHRONIQUES PASTORALES 2
LES PAROISSES !
LA VIE PAROISSIALE 2
MCR Mouvement Chrétien des Retraités
LA COMMUNAUTE DE PAROISSES
OBSEQUES en COURS sur la Communauté
DYNAMIQUE DIOCESAINE
PASTORALE des ENFANTS
CONCILE VATICAN II - 50 ans
LE MARIAGE !
LE BAPTEME en Eglise
PASTORALE de la SANTE
INFORMATIONS PASTORALES
LETTRE PASTORALE de notre Archevêque
EAP EQUIPE ANIMATION PASTORALE
LES SACREMENTS
LA VIE PAROISSIALE
BOUGE TON EGLISE
HOMMAGE à nos BENEVOLES !!!
LA PASTORALE DES JEUNES
LE SAVIEZ VOUS ?
CARITAS Equipe Locale
ART SACRE FELDBACH
AIR du TEMPS ?
LITURGIE
Servants d'Autel / enfants de Choeur....
CONSEILS de FABRIQUE
CPM CENTRE de PREPARATION aux MARIAGES Haut Rhin
CITATIONS du MOIS !
JEAN PAUL II
CMR CHRETIENS en MONDE RURAL
PRIERES pour Aujourd'hui !
HISTOIRE du DIOCESE de STRASBOURG
SOUVENIRS
ARCHIVES
Oh HAPPY DAY !      

D’où vient « Oh Happy Day » ?

Cet hymne qui appelle à des jours meilleurs n’a rien à voir au départ avec le contexte esclavagiste des États du sud des États-Unis.

Le texte fut écrit au XVIIIe siècle par le théologien anglais Philip Doddridge, qui le rattacha à une mélodie antérieure de Johann-Anastasius Freylinghausen. Un nouvel air, lent, fut créé au XIXe siècle par Edward F. Rimbault, longtemps utilisé lors de célébrations en Grande Bretagne ou aux États-Unis. La version actuelle date, elle, de 1969. On la doit à Edwin Hawkins, jeune pianiste noir qui accéléra le tempo et ne conserva que le refrain. Son enregistrement avec l’Ephesian Church of God in Christ entra dans le Top 5 américain, avant de devenir un standard repris par des centaines d’interprètes… dont le Golden Gate Quartet.

Source  : LA CROIX du 24 dec 2010