Coeur du Sundgau > Lire un article > HIRTZBACH en images !
le 09/03/2016 à 11:32
Rencontres pour la préparation au Baptême -
Les parents ayant un projet de Baptême pour leur enfant sont invités à s'inscrire au Presbytère de Hirsingue et à participer à une rencontre, les premiers mard...
le 08/04/2014 à 19:48
A SAVOIR ! - Renseignements Pratiques
  Quelques RENSEIGNEMENTS PRATIQUES   PERMANENCES au Presbytère de HIRSINGUE :     mardi après-midi, de 15 H à 17 H     mercredi...

LES PAROISSES
ORGANISATION GENERALE DE LA PAROISSE
EGLISE
Des Gestes pour le Baptêmes
Démarche à faire pour le Baptême
BENEDICTIONS ARBRES de la RECONNAISSANCE
RENTREE SCOLAIRE 2013-2014
LA REGLEMENTATION FUNERAIRE
CHRONIQUES PASTORALES
CHRONIQUES PASTORALES 2
LES PAROISSES !
LA VIE PAROISSIALE 2
MCR Mouvement Chrétien des Retraités
LA COMMUNAUTE DE PAROISSES
OBSEQUES en COURS sur la Communauté
DYNAMIQUE DIOCESAINE
PASTORALE des ENFANTS
CONCILE VATICAN II - 50 ans
LE MARIAGE !
LE BAPTEME en Eglise
PASTORALE de la SANTE
INFORMATIONS PASTORALES
LETTRE PASTORALE de notre Archevêque
EAP EQUIPE ANIMATION PASTORALE
LES SACREMENTS
LA VIE PAROISSIALE
BOUGE TON EGLISE
HOMMAGE à nos BENEVOLES !!!
LA PASTORALE DES JEUNES
LE SAVIEZ VOUS ?
CARITAS Equipe Locale
ART SACRE FELDBACH
AIR du TEMPS ?
LITURGIE
Servants d'Autel / enfants de Choeur....
CONSEILS de FABRIQUE
CPM CENTRE de PREPARATION aux MARIAGES Haut Rhin
CITATIONS du MOIS !
JEAN PAUL II
CMR CHRETIENS en MONDE RURAL
PRIERES pour Aujourd'hui !
HISTOIRE du DIOCESE de STRASBOURG
SOUVENIRS
ARCHIVES
HIRTZBACH en images !      

HIRTZBACH : Le village

Le site de Hirtzbach a été occupé dès le paléolithique (- 600 000 ans) comme en témoigne un « coup de poing »découvert au lieu-dit « Granzele » en direction de Largitzen. Celtes, Gaulois, Romains et Germains y ont également laissé des traces. A l'époque romaine, Hirtzbach est sur le passage de la voie menant de LARGA ( castel romain près de Largitzen ) à AUGST.

Le toponyme de Hirtzbach apparaît dès 1274 et connait ensuite diverses variantes.

Dès l'origine, le village a été divisé en deux parties : l'Oberdorf et le Niederdorf. Il fait partie du comté de Ferrette jusqu'au traité de Westphalie. Ce sont les comtes de Ferrette qui, en 1274, donnent le village en fief à Henri de Hirtzbach, famille venant d'Altkirch, qui s'installe dans un château sur motte (Wandelbourg) élevé fin XIII° ou au XIV° S.  Un deuxième château est évoqué au XV°S : le Wasserbourg qui s'élevait près du manoir actuel.

La guerre de Trente ans dépeuple Hirtzbach ( 385 habitants en 1716 ). Le château, détruit, est reconstruit fin XVII°S début XVIII°S pour devenir l'édifice actuel. Pillé à la révolution ( les Reinach se replient à Altkirch ) il est restauré en 1804. En 1870 la population se réfugie dans la forêt.

Lors de la première guerre mondiale, l'armée française arrive à Hirtzbach le 7 août 1914. La ligne de front se stabilise à quelques centaines de mètres du village qui reste aux mains des Allemands. La population est évacuée le 15 décembre 1915 dans le Würtemberg.
En 1891, la ligne de chemin de fer Altkirch Ferrette est construite. Il en subsiste l'ancienne gare. Le trafic voyageurs cesse en 1951, celuyi des marchandises en 1968. Récemment, l'ancienne voie ferrée a été transformée en piste cyclable. Avec ses deux villages, Hirtzbach est aussi doté de deux églises : Ste Afre pour l'Oberdorf et St Maurice pour le Niederdorf, avec un recteur et un vicaire. Les deux paroisses sont regroupées à la révolution.

L'église St Maurice

Elle a du naître avec l'expansion du village le long du ruisseau ; elle était entourée du cimetière qui a du servirjusqu'au 2ème tiers du XIX°S. Il en subsiste une ancienne croix à côté de l'église.

L'église actuelle a été élevée de 1834 à 1837 à la place de l'ancienne, trop vétuste. Les plans sont dus à un architecte colmarien, LAUBSER.

Le portail est décoré d'un portique supporté par deux colonnes monolithes doriques et de deux statues grandeur nature, de St Maurice et St Léger, provenant de l'atelier des frères Glorieux de Delle et taillées dans un calcaire blanc comme l'albâtre, provenant de St Dizier, village proche de Delle.

A l'extérieur on peut encore noter sur le mur, une méridienne, indiquant l'heure du midi vrai, ce qui permettait de régler l'horloge du clocher.

Lorsqu'on pénètre dans l'église, dans l'entrée principale, on peut voir un grand Christ en croix et en face une oeuvre de Sébastien Gutzwiller ( 1798-1872 ) relative au martyre de St Maurice.

Le plafond de la nef est décoré par une fresque de Carlos Limido (1902-1957) représentant un Christ en gloire entouré d'anges portant les instruments de la passion, ainsi qu'une Trinité.

La chaire et les boiseries du choeur sont dues à la maison Boehm de Mulhouse.

Le maitre-autel est orné d'une toile de Martin Feuerstein (1856-1931) représentant le martyre de St Maurice ; les statues représentent Ste Afre et St Léger. Sur l'autel on voit encore Abraham rencontrant Melchisédech et la Ste Cène. Enfin, les vitrines à l'entrée du choeur abritent à gauche 2 statues en bois de l'enfant Jésus et de l'enfant Jésus de Prague et à droite celle de St Louis de Gonzague, portée dans le temps en procession par les jeunes gens.

Dans le choeur, un lutrin du XVII°-XVIII°S, provenant de Ste Afre, surmonté de l'aigle de Patmos, surnom de l'évangéliste Jean, symbolisé par un aigle.

Saint Maurice

St patron de la paroisse, c'était le chef d'une légion thébaine, composée de chrétiens et qui était venu renforcer les troupes de l'empereur Maximien. Comme ils refusaient de persécuter les chrétiens, ils furent massacrés entre 280 et 300 à AGAUNUM, l'actuel St Maurice dans le Valais. En 380, l'évêque de Martigny y fit construire une église, près de laquelle s'installa un couvent. Lieu de pélerinage, c'est ainsi que se répandit son culte dans toute l'Europe.

La chapelle De Reinach

L'importance historique de la famille De Reinach  à Hirtzbach se manifeste par la présence, à droite du choeur, d'une chapelle mortuaire, construite dès 1834 aux frais de Charles de Reinach, pour abriter les restes de nombreux représentants de la lignée, exhumés lors de la destruction de la chapelle de l'ancien cimetière. Ces restes ont été réunis en un seul cercueil placé dans une voûte pratiquée sous l'autel de la chapelle. Seize noms figurent sur une dalle de marbre noir surmontée d'un blason aux armes des Reinach ; les défunts sont décédés entre 1678 et 1815.

La dalle inférieure indique que sont réunis dans une petite caisse en plomb placée sur le cercueil, les coeurs de deux autres membres, coadjuteurs de l'évêque de Bâle et dont les corps reposent dans le caveau princier de l'église du collège de Porrentruy. Les vitraux représentent les blasons de la famille de Reinach.

L'église Ste Afre

A l'extérieur, une fontaine baptistère, sans doute très ancienne. La cuve a la particularité de garder toujousr une eau à un niveau égal. Une croyance populaire lui prête des vertus miraculeuses ; on y baignait autrefois les enfants atteinte de maladies de peau.

De plus, l'eau est irisée par de suintements d'hiule ; en effet, sables pétrolifères et suintements d'huile sont connus dès le XV°S, en amont du village. Fin XVIII°-début XIX°S, on a cherché à exploiter les bitumes en extrayant un grès noirâtre qui, par ébullition dans l'eau, donnait du pétrole. Celui-ci jaillit même pendant ¼ d'heure lors de forages menés vers 1880-1890. De nombreux autres forages furent réalisés ( le dernier en 1964 jusqu'à 700m de profondeur ) mais sans résultat.

L'église voisine était en piteux état lorsqu'en 1971, la municipalité décida de la restaurer. Les travaux menés de 1973 à 1976 permirent, suite au lessivage du maître-autel couvert d'un badigeon noir à la révolution, de faire apparaître un tabernacle entièrement doré.

On peut voir, au maître-autel un St Joseph à droite et St Antoine à gauche. Sur la boiserie à l'arrière, les statues des 4 évangélistes autrefois sur la chaire, déposée lors de la restauration et les statues de St Blaise avec le cierge et St Augustin avec la crosse épiscopale. Sur l'autel latéral gauche, une Piéta de la fin du XV°S.

Ste Afre

En Alsace, outre Hirtzbach, une seule autre église est dédiée à Ste Afre, celle de Riedisheim ; à Hirtzbach, elle est représentée en cantinière romaine.

Elle est par contre la patronne d'Augsbourg, en Souabe, où elle vécut. Fille d'aubergiste dont le local était mal famé, elle y fut courtisane. Connue sous le vocable d'AFRA MERETRIX ( i.e. fille de joie, elle en est la patronne ). L'évêque Narcisse de Gérone, s'y réfugia avec son diacre Félix, fuyant les persécutions de Dioclétien. Les entendant prier et touchée par la grâce, Ste Afre se fit baptiser avec sa mère Hilaria. Elle périt par le feu, en martyre, en 303, près d'Augsbourg.

La chapelle St Léger ( ou Sankt Glückeren )

A l'orée de la forêt, entre Hirtzbach et Carspach, cette chapelle témoigne d'un ancien village disparu. Ce village avait une église desservie par le couvent de l'Oelenberg ; la paroisse est citée dès 1257. Mais en 1376, le village est déserté en grande partie suite au passage dévastateur des « Engländer », mercenaires désoeuvrés de la guerre de Cent ans.

L'église survit au désastre mais en 1448 le village est totalement abandonné. Le ban est l'objet de nombreux conflits entre Hirtzbach, Carspach et Altkirch, avant d'être attribué à Hirtzbach au XVIII°S. Abandonnée peu à peu l'église fut démolie en 1833.

Il n'en subsista que le choeur qui, pendant la guerre de 14-18 servit d'observatoire et de ce fait, fut le point de mire de l'artillerie.

La chapelle actuelle, construite en 1928, fut entièrement restaurée en 1978-1979.

 

Les informations ci-dessus émanent essentiellement de la société d'histoire sundgauvienne.

 

   

  (photoV.MUNCK)