Coeur du Sundgau > Lire un article > Chronique de Gérard le PAroissien : NOEL et les Evangiles
le 08/06/2018 à 14:15
Insriptions 1ère Communion - Rappel
Il est encore possible d'inscrire les enfants nés en 2010 au parcours de préparation à la Première Communion: jusqu'au 31 juillet 2018 au presbytère de Hirsingue ...
le 29/10/2017 à 21:36
Visite pastorale autour de la tente de la Rencontre - A FELDBACH, du 16 au 22 JUILLET 2018
Rencontres sous la Tente de la Rencontre, du lundi au vendredi. Le curé vous attend, pour vous écouter et échanger avec vous. Rencontres avec les visiteurs de malades, aidants, ....

LES PAROISSES
ORGANISATION GENERALE DE LA PAROISSE
EGLISE
Des Gestes pour le Baptêmes
Démarche à faire pour le Baptême
BENEDICTIONS ARBRES de la RECONNAISSANCE
RENTREE SCOLAIRE 2013-2014
LA REGLEMENTATION FUNERAIRE
CHRONIQUES PASTORALES
CHRONIQUES PASTORALES 2
LES PAROISSES !
LA VIE PAROISSIALE 2
MCR Mouvement Chrétien des Retraités
LA COMMUNAUTE DE PAROISSES
OBSEQUES en COURS sur la Communauté
DYNAMIQUE DIOCESAINE
PASTORALE des ENFANTS
CONCILE VATICAN II - 50 ans
LE MARIAGE !
LE BAPTEME en Eglise
PASTORALE de la SANTE
INFORMATIONS PASTORALES
LETTRE PASTORALE de notre Archevêque
EAP EQUIPE ANIMATION PASTORALE
LES SACREMENTS
LA VIE PAROISSIALE
BOUGE TON EGLISE
HOMMAGE à nos BENEVOLES !!!
LA PASTORALE DES JEUNES
LE SAVIEZ VOUS ?
CARITAS Equipe Locale
ART SACRE FELDBACH
AIR du TEMPS ?
LITURGIE
Servants d'Autel / enfants de Choeur....
CONSEILS de FABRIQUE
CPM CENTRE de PREPARATION aux MARIAGES Haut Rhin
CITATIONS du MOIS !
JEAN PAUL II
CMR CHRETIENS en MONDE RURAL
PRIERES pour Aujourd'hui !
HISTOIRE du DIOCESE de STRASBOURG
SOUVENIRS
ARCHIVES
Chronique de Gérard le PAroissien : NOEL et les Evangiles      

NOEL et les Evangiles !

Dans le dernier numéro du « Lien », je vous avais soumis quelques réflexions que m’avait inspirées la lecture suivie des 4 Evangiles.

Toujours suite à cette lecture, je voudrais cette fois, alors que Noël approche, revenir sur un événement auquel nous attachons, nous chrétiens, la plus grande importance, événement fondateur s’il en est, la naissance de Jésus.

Loin de moi l’idée de vouloir lui dénier cette importance, mais que trouvons-nous dans les évangiles ?

Mathieu (2,1) y consacre à peine un verset pour insister bien davantage sur la visite des « mages » puis la fuite en  Egypte (2, 1 à 23).

Marc n’en parle même pas puisqu’il commence son évangile par la prédication de Jean Baptiste, pas plus que Jean.

Reste Luc (2, 1-20). C’est lui qui nous parle du recensement ordonné par Auguste et du déplacement de Joseph et Marie à Bethléem, de la naissance de Jésus dans une crèche, faute de place dans la maison réservée aux voyageurs et surtout (versets 8 à 20) des bergers à qui un ange apparaît pour leur apporter la nouvelle et qui sont les premiers à lui rendre visite. A côté de la place que tiennent la Passion et la Résurrection dans les évangiles, avouez que c’est bien peu.

Tout le reste est donc le fruit d’une tradition enrichie au fil des siècles. Pas d’âne ni de bœuf auprès de Jésus dans les évangiles, de même qu’on n’y trouve pas de « roi mage » à la peau noire (Mathieu nous parle seulement de savants venus de l’Est ; il ne nous dit rien des noms que nous leur connaissons et on ne sait même pas s’ils étaient trois, chiffre venu du nombre de présents offerts). Pas d’heure précise de naissance nocturne, à l’origine de notre messe de minuit ; certes Luc dit que c’est la nuit qu’est apparu l’ange aux bergers qui leur apprend que « cette nuit… un sauveur est né pour vous … » mais rien ne nous dit que c’est cette même nuit qu’ils allèrent voir Jésus.

Alors, avons-nous tort d’avoir peu à peu introduit ces éléments de « folklore » dans la fête de Noël ? Sans doute pas si nous savons garder à l’esprit que ce n’est pas l’essentiel.

Noël a été fêté en Occident dès 354, mais en Orient, on célébrait la nativité le 6 janvier avant d’adopter aussi le 25 décembre, mais rien ne nous dit non plus que c’est la bonne date à laquelle les bergers ne sortaient plus leurs troupeaux la nuit. Dès le Vème siècle, on célébrait 3 messes : à minuit, à l’aurore et dans la journée mais pour la représentation de la crèche dans l’église, il faudra attendre St François d’Assise (1223). Comme souvent dans l’histoire des premiers siècles de l’Eglise, une fête chrétienne (Noël) s’est substituée à une fête païenne.

Fêtons donc Noël sans réserve, avec joie, en famille, mais en sachant raison garder, en particulier vis à vis du réveillon, des cadeaux…

Sans la naissance de Jésus, Dieu fait homme, rien ne se serait passé, ni la mort sur la croix pour racheter nos péchés, ni la résurrection.

Réjouissons-nous puisqu’ « un sauveur nous est né, un Dieu nous est donné… ».

Un joyeux Noël à tous. 

 Gérard Versini - Délégué de la communauté de paroisses au conseil de zone