Coeur du Sundgau > Lire un article > Chronique de Gérard le Paroissien : Quelle place à l'église ?
le 29/10/2017 à 21:36
Visite pastorale autour de la tente de la Rencontre - A HIRTZBACH, du 17 au 23 SEPTEMBRE 2018
Rencontres sous la Tente de la Rencontre, du lundi au vendredi. Le curé vous attend, pour vous écouter et échanger avec vous. Rencontres avec les visiteurs de malades, aidants, ....
le 04/09/2017 à 20:20
Semaine Pastorale - Autour de la Tente de la rencontre
Votre curé passe une semaine chez vous. Pour partager du temps avec vous / Pour vivre tout simplement avec vous / Pour se donner un temps pour vous, avec vous. Pourquoi? Pour nous retrouver, ...

LES PAROISSES
ORGANISATION GENERALE DE LA PAROISSE
EGLISE
Des Gestes pour le Baptêmes
Démarche à faire pour le Baptême
BENEDICTIONS ARBRES de la RECONNAISSANCE
RENTREE SCOLAIRE 2013-2014
LA REGLEMENTATION FUNERAIRE
CHRONIQUES PASTORALES
CHRONIQUES PASTORALES 2
LES PAROISSES !
LA VIE PAROISSIALE 2
MCR Mouvement Chrétien des Retraités
LA COMMUNAUTE DE PAROISSES
OBSEQUES en COURS sur la Communauté
DYNAMIQUE DIOCESAINE
PASTORALE des ENFANTS
CONCILE VATICAN II - 50 ans
LE MARIAGE !
LE BAPTEME en Eglise
PASTORALE de la SANTE
INFORMATIONS PASTORALES
LETTRE PASTORALE de notre Archevêque
EAP EQUIPE ANIMATION PASTORALE
LES SACREMENTS
LA VIE PAROISSIALE
BOUGE TON EGLISE
HOMMAGE à nos BENEVOLES !!!
LA PASTORALE DES JEUNES
LE SAVIEZ VOUS ?
CARITAS Equipe Locale
ART SACRE FELDBACH
AIR du TEMPS ?
LITURGIE
Servants d'Autel / enfants de Choeur....
CONSEILS de FABRIQUE
CPM CENTRE de PREPARATION aux MARIAGES Haut Rhin
CITATIONS du MOIS !
JEAN PAUL II
CMR CHRETIENS en MONDE RURAL
PRIERES pour Aujourd'hui !
HISTOIRE du DIOCESE de STRASBOURG
SOUVENIRS
ARCHIVES
Chronique de Gérard le Paroissien : Quelle place à l'église ?      

Quelle place choisissons-nous à l’église ?

Mon père (89 ans) m’a raconté récemment la petite histoire suivante susceptible de questionner la plupart d’entre nous; aussi ai-je décidé de la partager avec les lecteurs du «Lien». Le curé de la petite ville (un peu plus de 5000 habitants) où il habite en Bourgogne a en charge 14 paroisses. C’est donc un peu, comme si la communauté de paroisses d’Altkirch regroupait 14 d’entre elles, au lieu des trois dont elle est constituée. Notre situation régionale est donc encore (tout est relatif) plutôt privilégiée, quoi qu’on en dise…

Récemment, et c’est là la petite histoire, dans un des villages où il devait célébrer la messe, le curé a dû menacer ses paroissiens de ne pas commencer la célébration tant qu’ils ne se seraient pas regroupés vers l’avant de l’église, en se rapprochant de l’autel. Les fidèles ont fini par s’exécuter. N’avons-nous pas, nous aussi, trop tendance à laisser le plus souvent vides, les bancs les plus proches de l’autel ?

Lors des fêtes ou célébrations où l’église est pleine (cela arrive encore), ce sont les derniers arrivants qui se voient contraints d’aller devant. Sinon, c’est la chorale (lorsqu’elle n’est pas à la tribune) qui occupe les premiers bancs (d’un seul côté).

Pourquoi cette situation, contradictoire avec la notion de communauté que nous cherchons à promouvoir ?

On peut bien sûr incriminer l’architecture de nos églises traditionnelles. On s’installe pas trop loin de la porte par laquelle on est entré, donc au fond, voire sur le côté lorsqu’il y a une porte mais qui est au mieux au milieu de l’église ; un côté est alors beaucoup mieux occupé que l’autre. Par leur plan, les églises récentes évitent davantage, mais pas totalement le problème. Mais ne sommes-nous pas les premiers responsables ? Faire un petit effort pour se regrouper vers l’avant est-il si difficile ? Sommes-nous trop modestes pour vouloir nous mettre en avant ?

Il y a sans doute un peu de tout cela. Mais je pense qu’il est dommage de s’en accommoder. Il est tout aussi dommage d’obliger le prêtre, à chaque office, à rappeler à ses paroissiens d’avancer, à fortiori à se fâcher pour être entendu. Nos offices sont beaucoup plus vivants, plus participatifs qu’ils l’étaient autrefois. Nous pouvons encore faire mieux en nous regroupant. Point n’est besoin de se serrer à 10 dans un banc fait pour accueillir 8 personnes. Lorsqu’il y a un concert dans une église, les spectateurs cherchent à se mettre devant pour mieux voir et mieux entendre ; ils viennent en avance pour avoir les meilleures places. La messe ne vaut-elle pas davantage qu’un concert ?

Je laisse toutes ces remarques à votre réflexion. De la parole aux actes, il n’y a souvent que peu de distance ; quelques pas dans le cas présent.

C’est le souhait que je formule.

Gérard Versini - délégué au Conseil de Zone Sundgau