Coeur du Sundgau > Lire un article > CELEBRATIONS SANS PRETRES !
le 29/10/2017 à 21:36
Visite pastorale autour de la tente de la Rencontre - A HIRTZBACH, du 17 au 23 SEPTEMBRE 2018
Rencontres sous la Tente de la Rencontre, du lundi au vendredi. Le curé vous attend, pour vous écouter et échanger avec vous. Rencontres avec les visiteurs de malades, aidants, ....
le 04/09/2017 à 20:20
Semaine Pastorale - Autour de la Tente de la rencontre
Votre curé passe une semaine chez vous. Pour partager du temps avec vous / Pour vivre tout simplement avec vous / Pour se donner un temps pour vous, avec vous. Pourquoi? Pour nous retrouver, ...

LES PAROISSES
ORGANISATION GENERALE DE LA PAROISSE
EGLISE
Des Gestes pour le Baptêmes
Démarche à faire pour le Baptême
BENEDICTIONS ARBRES de la RECONNAISSANCE
RENTREE SCOLAIRE 2013-2014
LA REGLEMENTATION FUNERAIRE
CHRONIQUES PASTORALES
CHRONIQUES PASTORALES 2
LES PAROISSES !
LA VIE PAROISSIALE 2
MCR Mouvement Chrétien des Retraités
LA COMMUNAUTE DE PAROISSES
OBSEQUES en COURS sur la Communauté
DYNAMIQUE DIOCESAINE
PASTORALE des ENFANTS
CONCILE VATICAN II - 50 ans
LE MARIAGE !
LE BAPTEME en Eglise
PASTORALE de la SANTE
INFORMATIONS PASTORALES
LETTRE PASTORALE de notre Archevêque
EAP EQUIPE ANIMATION PASTORALE
LES SACREMENTS
LA VIE PAROISSIALE
BOUGE TON EGLISE
HOMMAGE à nos BENEVOLES !!!
LA PASTORALE DES JEUNES
LE SAVIEZ VOUS ?
CARITAS Equipe Locale
ART SACRE FELDBACH
AIR du TEMPS ?
LITURGIE
Servants d'Autel / enfants de Choeur....
CONSEILS de FABRIQUE
CPM CENTRE de PREPARATION aux MARIAGES Haut Rhin
CITATIONS du MOIS !
JEAN PAUL II
CMR CHRETIENS en MONDE RURAL
PRIERES pour Aujourd'hui !
HISTOIRE du DIOCESE de STRASBOURG
SOUVENIRS
ARCHIVES
CELEBRATIONS SANS PRETRES !      

   Des offices sans curé, « remède » à la crise des vocations chez les catholiques !

Article paru dans le journal "ALSACE" dimanche 16 janvier 2011 page Région.  - Trouver sur internnet.

Célébration de la Parole à l’église de Wackenbach, près de Schirmeck, animée par Jeanne Florent  (à gauche) et Anne-Marie Besnard. Photo Jean-Marc Loos

Pour faire face à la diminution du nombre de prêtres et des messes dominicales, des paroisses du diocèse de Strasbourg organisent des « célébrations de la Parole », animées par des diacres ou des laïcs.

En ce dimanche matin, peu avant 9 h, les cloches de l’église de Wackenbach appellent les fidèles à la prière. Ce jour-là, pas de messe ni de prêtre, mais une « célébration de la Parole » présidée par deux laïques, Jeanne Florent et Anne-Marie Besnard. Pendant quarante-cinq minutes environ, les deux femmes vont animer le rassemblement par des prières et des lectures bibliques. Le tout sera rehaussé par des chants interprétés par la chorale.

Dans ce petit village de 450 habitants, non loin de Schirmeck, les célébrations de la Parole sont organisées depuis plus de vingt ans. Tout a commencé en 1988, lorsque le curé  de l’époque, favorable à ce type de rassemblement, a pris sa retraite. « Il nous avait dit qu’il fallait se prendre en main pendant deux-trois ans », se souvient Paul Westermeyer, diacre permanent dans le secteur pendant 13 ans.

Le successeur du prêtre retraité approuvera la tenue de telles célébrations, qu’on appelait par le passé Adap (assemblées dominicales en l’absence de prêtre). Elles peuvent être dirigées soit par un diacre, soit par un laïc, homme ou femme. C’est le cas d’Anne-Marie Leboube, habitante de Wackenbach. Depuis près de 20 ans, elle anime également des célébrations de la Parole dans la paroisse. « Les prêtres et le curé-doyen de la communauté sont favorables à ce que nous en organisions mais ils ne s’occupent plus de ce que nous faisons, explique la sexagénaire. Ils nous épaulent, mais nous n’allons pas les surcharger avec les célébrations de la Parole. » D’autant que le curé-doyen est responsable de deux communautés de paroisses — soit plus d’une quinzaine de clochers — et les deux prêtres coopérateurs ont 69 et 75 ans…

Garder la communion

Les célébrations de la Parole ont lieu en général deux fois par mois (une fois en hiver) et une trentaine de personnes, âgées en moyenne de 70 ans, y participent régulièrement. « On a le droit de donner la communion, souligne Anne-Marie Leboube. Si ce n’était pas le cas ou si on la supprimait, les gens ne viendraient pas. »

Dans l’église, les fidèles sont installés sur les bancs, tandis que les animateurs — qui n’ont « pas l’impression de remplacer le prêtre » — restent à côté de l’autel, près du pupitre. Et même si elle ressemble à une messe, la célébration de la Parole n’en est pas une, parce qu’elle ne comporte pas le rite de l’eucharistie. Et donc pas de consécration. Néanmoins, la communion est possible lors d’une célébration de la Parole, mais avec des hosties consacrées lors d’une messe.

Ces assemblées dominicales ne nécessitent pas d’autorisation spéciale pour être organisées. « L’archevêque encourage les chrétiens à se réunir s’il n’y a pas de messe, mais cela ne doit pas faire concurrence à une messe célébrée à un autre horaire dans le même endroit ou le même jour dans un lieu très proche, rappelle Bernard Xibaut, chancelier de l’archevêché. Tout est donc question de discernement pastoral. »

« L’angélus ne sonne pas pour les moineaux »

Dans la constitution sur la liturgie, Sacrosanctum concilium, le concile Vatican II (1962-1965) exhortait à « favoriser la célébration de la Parole de Dieu […] les dimanches et jours de fêtes, surtout dans les localités privées de prêtres ». Les Adap ont été lancées bien des années plus tard dans le diocèse de Strasbourg, sous Mgr Léon-Arthur Elchinger, évêque de 1967 à 1984.

Mgr Léon Hegele, évêque auxiliaire de Strasbourg de 1985 à 2001, a connu ses premières Adap dans les années 1970, à Geispitzen, où il était curé. À l’époque, il était aussi vicaire épiscopal… et souvent absent le dimanche. Soit il était remplacé par d’autres prêtres, soit une Adap était organisée. « Je suis pour le maintien des assemblées, affirme-t-il aujourd’hui. Je suis pour qu’il n’y ait pas d’église fermée le dimanche, pour que l’angélus ne sonne pas pour les moineaux… »

Encore 500 prêtres actifs

Le diocèse de Strasbourg compte un peu plus de 500 prêtres actifs — dont 140 religieux et 50 prêtres étudiants — pour 767 paroisses, et environ 1,3 million de catholiques sur une population de 1,8 million d’habitants. On dénombre par ailleurs 78 diacres permanents et 121 communautés de paroisses reconnues sur un total de 169.

En Alsace, comme ailleurs en France et en Europe, l’Église catholique souffre d’une crise des vocations. Un phénomène que ne connaissent ni les protestants ni la communauté juive. Et si la mise en place des célébrations de la Parole sont aujourd’hui un reflet de cette crise, elles permettent au moins aux croyants de se rassembler pour pratiquer ensemble leur foi. « Cela aurait été une catastrophe si nous ne les avions pas mises en place, conclut Paul Westermeyer. N ous n’aurions plus de chorale, plus de servants d’autel et une bonne partie des pratiquants, surtout les personnes âgées, regarderaient la messe à la télévision… »

Aurélie Feix