Coeur du Sundgau > Lire un article > Discours d'ouverture JEAN XXIII Extraits
le 09/03/2016 à 11:32
Rencontres pour la préparation au Baptême -
Les parents ayant un projet de Baptême pour leur enfant sont invités à s'inscrire au Presbytère de Hirsingue et à participer à une rencontre, les premiers mard...
le 08/04/2014 à 19:48
A SAVOIR ! - Renseignements Pratiques
  Quelques RENSEIGNEMENTS PRATIQUES   PERMANENCES au Presbytère de HIRSINGUE :     mardi après-midi, de 15 H à 17 H     mercredi...

LES PAROISSES
ORGANISATION GENERALE DE LA PAROISSE
EGLISE
Des Gestes pour le Baptêmes
Démarche à faire pour le Baptême
BENEDICTIONS ARBRES de la RECONNAISSANCE
RENTREE SCOLAIRE 2013-2014
LA REGLEMENTATION FUNERAIRE
CHRONIQUES PASTORALES
CHRONIQUES PASTORALES 2
LES PAROISSES !
LA VIE PAROISSIALE 2
MCR Mouvement Chrétien des Retraités
LA COMMUNAUTE DE PAROISSES
OBSEQUES en COURS sur la Communauté
DYNAMIQUE DIOCESAINE
PASTORALE des ENFANTS
CONCILE VATICAN II - 50 ans
LE MARIAGE !
LE BAPTEME en Eglise
PASTORALE de la SANTE
INFORMATIONS PASTORALES
LETTRE PASTORALE de notre Archevêque
EAP EQUIPE ANIMATION PASTORALE
LES SACREMENTS
LA VIE PAROISSIALE
BOUGE TON EGLISE
HOMMAGE à nos BENEVOLES !!!
LA PASTORALE DES JEUNES
LE SAVIEZ VOUS ?
CARITAS Equipe Locale
ART SACRE FELDBACH
AIR du TEMPS ?
LITURGIE
Servants d'Autel / enfants de Choeur....
CONSEILS de FABRIQUE
CPM CENTRE de PREPARATION aux MARIAGES Haut Rhin
CITATIONS du MOIS !
JEAN PAUL II
CMR CHRETIENS en MONDE RURAL
PRIERES pour Aujourd'hui !
HISTOIRE du DIOCESE de STRASBOURG
SOUVENIRS
ARCHIVES
Discours d'ouverture JEAN XXIII Extraits      

DISCOURS de JEAN XXIII - EXtraits du disocurs d'ouverture du Concile VATICAN II (source Doc Catholique)

« Nous n'avons en vue que le bonum animarum (le bien des âmes) et une correspondance bien nette et définie du nouveau Pontificat avec les exigences spirituelles de l'heure présente. Nous savons que de nombreux côtés, avec amitié et ferveur, et d'autres côtés, avec malveillance ou incertitude, on regarde le nouveau Pape, dans l'attente de ce qu'on est en droit d'espérer de lui de plus caractéristique. Il est bien naturel que sur la trame de l'activité quotidienne qui embrasse les manifestations ordinaires et de plus en plus accrues du devoir pastoral, un point plus particulier soit fixé comme pour marquer la note, sinon la principale et la seule, du moins une des plus expressives, de la physionomie d'un Pontificat qui vient prendre sa place plus ou moins heureusement dans l'histoire. »

(Extrait du discours du pape Jean XXIII, du 25 janvier 1959 à la basilique Saint Paul hors les murs à Rome, dans : Documentation Catholique 1959, col. 385388).

« Eh bien ! Vénérables frères et chers fils, en repensant au double devoir confié à un successeur de saint Pierre, apparaît soudain la double responsabilité d'évêque de Rome et de pasteur de l'Église universelle. (…) Vénérables frères et chers fils, c'est avec un peu de tremblement et d'émotion, mais en même temps avec une humble résolution dans Notre détermination, que Nous prononçons devant vous le nom d'un double célébration que Nous proposons : un synode diocésain pour Rome et un concile oecuménique pour l'Église universelle. »

(Extrait du discours du pape Jean XXIII, du 25 janvier 1959 à la basilique Saint Paul hors les murs à Rome, dans : Documentation Catholique 1959, col. 385388).

« (…) la première idée de ce Concile Nous est venue d'une façon tout à fait imprévue ; ensuite, Nous l'avons exprimée avec simplicité devant le Sacré Collège des cardinaux réuni en la basilique de Saint Paul hors les murs en cet heureux jour du 25 janvier 1959, fête de la conversion de saint Paul. Les âmes de ceux qui étaient présents furent aussitôt frappées comme par un éclair de lumière céleste, les yeux et les visages de tous reflétaient la douce émotion qu'ils ressentaient. Tout de suite, on se mit au travail avec ardeur dans le monde entier et tout le monde commença à attendre avec ferveur la célébration du Concile. »

(Extrait du discours d'ouverture du Concile du pape Jean XXIII, du 11 octobre 1962 à la basilique Saint Pierre, dans : Documentation Catholique 1962, col. 13771386).

Les prophètes de malheur... « (…) Il arrive souvent que dans l'exercice quotidien de Notre ministère apostolique Nos oreilles soient offensées en apprenant ce que disent certains qui, bien qu'enflammés de zèle religieux, manquent de justesse de jugement et de pondération dans leur façon de voir les choses. Dans la situation actuelle de la société, ils ne voient que ruines et calamités ; ils ont coutume de dire que notre époque a profondément empiré par rapport aux siècles passés ; ils se conduisent comme si l'histoire, qui est maîtresse de vie, n'avait rien à leur apprendre et comme si du temps des Conciles d'autrefois tout était parfait en ce qui concerne la doctrine chrétienne, les moeurs et la juste liberté de l'Église. »

(Extrait du discours d'ouverture du Concile du pape Jean XXIII, du 11 octobre 1962 à la basilique Saint Pierre, dans : Documentation Catholique 1962, col. 13771386).

Il nous semble nécessaire de dire Notre complet désaccord avec ces prophètes de malheur, qui annoncent toujours des catastrophes, comme si

le monde était près de sa fin. Dans le cours actuel des évènements, alors que la société humaine semble

à un tournant, il vaut mieux reconnaître les desseins mystérieux de la Providence divine qui, à travers la succession des temps et les travaux des hommes, la plupart du temps contre toute attente, atteignent leur fin et disposent tout avec sagesse pour le bien de l'Église, même les événements contraires. »

(Extrait du discours d'ouverture du Concile du pape Jean XXIII, du 11 octobre 1962 à la basilique Saint Pierre, dans : Documentation Catholique 1962, col. 13771386).

Comment promouvoir la doctrine à notre époque?

« Le XXI° Concile œcuménique – qui bénéficiera de l'aide efficace et très appréciable d'experts en matière de science sacrée, de pastorale et de questions administratives – veut transmettre dans son intégrité, sans l'affaiblir ni l'altérer, la doctrine catholique qui, malgré les difficultés et les oppositions, est devenue comme le patrimoine commun des hommes. Certes, ce patrimoine ne plaît pas à tous, mais il est offert à tous les hommes de bonne volonté comme un riche trésor qui est à leur disposition. Cependant, ce précieux trésor nous ne devons pas seulement le garder comme si nous n'étions préoccupés que du passé, mais nous devons nous mettre joyeusement, sans crainte, au travail qu'exige notre époque, en poursuivant la route sur laquelle l'Église marche depuis près de vingt siècles. (...) »

(Extrait du discours d'ouverture du Concile du pape Jean XXIII, du 11 octobre 1962 à la basilique Saint Pierre, dans : Documentation Catholique 1962, col. 13771386).

Comment promouvoir la doctrine à notre époque?

« Il faut que cette doctrine certaine et immuable, qui doit être respectée fidèlement, soit approfondie et présentée de la façon qui répond aux exigences de notre époque.

En effet, autre est le dépôt lui-même de la foi, c'est-à-dire les vérités contenues dans notre vénérable doctrine, et autre est la forme sous laquelle ces vérités sont énoncées, en leur conservant toutefois le même sens et la même portée. Il faudra attacher beaucoup d'importance à cette forme et travailler patiemment, s'il le faut, à son élaboration ; et on devra recourir à une façon de présenter qui correspond mieux à un enseignement de caractère surtout pastoral. »

(Extrait du discours d'ouverture du Concile du pape Jean XXIII, du 11 octobre 1962 à la basilique Saint Pierre, dans : Documentation Catholique 1962, col. 13771386).

 

Dates et chiffres

2650 évêques (80 cardinaux, 7 patriarches ; Vatican I : 750 présents!), venus de 136 pays, appartenant à 93 nationalités

97 supérieurs religieux (avec voix délibérative)

Les experts des évêques (comme J. Ratzinger auprès du cardinal Frings)

Les 400 experts nommés du pape (Henri de Lubac, Yves Congar, Karl Rahner, Jean Daniélou, Gerard Philips, etc.)

Les observateurs oecuméniques (31, puis 93) : représentant 28 Eglises et confessions séparées.

Les hôtes personnels du pape (frères Roger et Max de Taizé, Oscar Cullmann, Jean Guitton – premier laïc) ; plus tard, Paul VI introduit des auditeurs laïcs (29) et auditrices laïcs et religieuses (23).