Coeur du Sundgau > Lire un article > LETTRE PASTORALE 2012-2013 de Mgr JP GRALLET
le 08/06/2018 à 14:15
Insriptions 1ère Communion - Rappel
Il est encore possible d'inscrire les enfants nés en 2010 au parcours de préparation à la Première Communion: jusqu'au 31 juillet 2018 au presbytère de Hirsingue ...
le 29/10/2017 à 21:36
Visite pastorale autour de la tente de la Rencontre - A FELDBACH, du 16 au 22 JUILLET 2018
Rencontres sous la Tente de la Rencontre, du lundi au vendredi. Le curé vous attend, pour vous écouter et échanger avec vous. Rencontres avec les visiteurs de malades, aidants, ....

LES PAROISSES
ORGANISATION GENERALE DE LA PAROISSE
EGLISE
Des Gestes pour le Baptêmes
Démarche à faire pour le Baptême
BENEDICTIONS ARBRES de la RECONNAISSANCE
RENTREE SCOLAIRE 2013-2014
LA REGLEMENTATION FUNERAIRE
CHRONIQUES PASTORALES
CHRONIQUES PASTORALES 2
LES PAROISSES !
LA VIE PAROISSIALE 2
MCR Mouvement Chrétien des Retraités
LA COMMUNAUTE DE PAROISSES
OBSEQUES en COURS sur la Communauté
DYNAMIQUE DIOCESAINE
PASTORALE des ENFANTS
CONCILE VATICAN II - 50 ans
LE MARIAGE !
LE BAPTEME en Eglise
PASTORALE de la SANTE
INFORMATIONS PASTORALES
LETTRE PASTORALE de notre Archevêque
EAP EQUIPE ANIMATION PASTORALE
LES SACREMENTS
LA VIE PAROISSIALE
BOUGE TON EGLISE
HOMMAGE à nos BENEVOLES !!!
LA PASTORALE DES JEUNES
LE SAVIEZ VOUS ?
CARITAS Equipe Locale
ART SACRE FELDBACH
AIR du TEMPS ?
LITURGIE
Servants d'Autel / enfants de Choeur....
CONSEILS de FABRIQUE
CPM CENTRE de PREPARATION aux MARIAGES Haut Rhin
CITATIONS du MOIS !
JEAN PAUL II
CMR CHRETIENS en MONDE RURAL
PRIERES pour Aujourd'hui !
HISTOIRE du DIOCESE de STRASBOURG
SOUVENIRS
ARCHIVES
LETTRE PASTORALE 2012-2013 de Mgr JP GRALLET      

 

LETTRE PASTORALE 2012-2013

L'année pastorale qui s'ouvre pour notre Église diocésaine, en étroite communion avec l'Église de France et toute l'Église catholique, s'annonce riche en grands événements. Je souhaite vous les présenter et les relier : certes ils sont nombreux, mais loin de s'opposer, ils s'appellent et se renforcent, manifestent ainsi la cohérence et le dynamisme de la vie chrétienne.

Il s'agit de l'Année de la Foi, du 50ème anniversaire du Concile Vatican II, du Synode pour la Nouvelle Évangélisation, de la deuxième année de notre dynamique diocésaine, de Diaconia 2013, dans sa démarche nationale et diocésaine, et aussi de la poursuite de la Visite Pastorale, de notre constante attention à la Parole de Dieu.

1.  L'année de la foi

                   Le Pape Benoît XVI, dans sa Lettre Apostolique "Porta Fidei", a promulgué, en octobre 2011, une Année de la Foi qui débutera le 11 octobre 2012, pour s'achever le 24 novembre 2013, date de la solennité du Christ, roi de l'univers.

                   "Depuis le commencement de mon ministère comme Successeur de Pierre", explique Benoît XVI, "j'ai rappelé l'exigence de redécouvrir le chemin de la foi pour mettre en lumière, de façon toujours plus évidente, la joie et l'enthousiasme renouvelé de la rencontre avec le Christ. Dans l'homélie de la messe pour l'inauguration de mon pontificat je disais : «L'Eglise dans son ensemble, et les pasteurs en son sein, doivent, comme le Christ, se mettre en route, pour conduire les hommes hors du désert, vers le lieu de la vie, vers l'amitié avec le Fils de Dieu, vers celui qui nous donne la vie, la vie en plénitude». Il arrive désormais fréquemment que les chrétiens se préoccupent davantage pour les conséquences sociales, culturelles et politiques de leur engagement, continuant à penser la foi comme un présupposé évident du vivre en commun. En effet, ce présupposé non seulement n'est plus tel mais souvent il est même nié. Alors que dans le passé il était possible de reconnaître un tissu culturel unitaire, largement admis dans son renvoi aux contenus de la foi et aux valeurs inspirées par elle, aujourd'hui il ne semble plus en être ainsi dans de grands secteurs de la société, en raison d'une profonde crise de la foi qui a touché de nombreuses personnes.

                   Nous ne pouvons accepter que le sel devienne insipide et que la lumière soit tenue cachée (cf. Mt 5, 13-16)…  J'ai donc décidé de promulguer une Année de la Foi. Elle commencera le 11 octobre 2012, lors du cinquantième anniversaire de l'ouverture du Concile Vatican II, et se terminera en la solennité de Notre Seigneur Jésus-Christ Roi de l'univers, le 24 novembre 2013. Le 11 octobre 2012 aura lieu aussi le vingtième anniversaire de la publication du Catéchisme de l'Église Catholique, texte promulgué par mon prédécesseur, le Bienheureux Pape Jean-Paul II, dans le but d'exposer à tous les fidèles la force et la beauté de la foi. Ce document, fruit authentique du Concile Vatican II, fut souhaité par le Synode extraordinaire des Évêques de 1985 comme instrument au service de la catéchèse, et fut réalisé grâce à la collaboration de tout l'épiscopat de l'Église catholique. Et j'ai précisément convoqué l'Assemblée Générale du Synode des Évêques au mois d'octobre 2012, sur le thème de la Nouvelle Évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne. Ce sera une occasion propice pour introduire la structure ecclésiale tout entière à un temps de réflexion particulière et de redécouverte de la foi".

                   Le Pape, on le voit, tient à relier de façon significative le 50ème anniversaire du Concile Vatican II, le 20ème anniversaire du Catéchisme de l'Église Catholique, la tenue du Synode des Evêques sur "la Nouvelle Évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne", et cette année de la foi. Il convient donc de ne pas isoler ces événements, mais d'en percevoir le lien logique.

                   Les premiers mots de la Lettre Apostolique "Porta Fidei" font allusion à l'accès des païens à la foi, grâce au zèle de Paul et de Barnabé à faire connaître l'Évangile partout où ils passent, d'Antioche à Iconium, de Derbé à Lystre, de la Pisidie à la Pamphylie…  "À leur retour d'Antioche, racontent les Actes des apôtres (Ac 14, 37), Paul et Barnabé réunirent l'Église et rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux, et comment Il avait ouvert aux païens la porte de la foi".

                   À travers nos activités pastorales, la porte de la foi est-elle aujourd'hui assez ouverte à tous nos contemporains en quête de sens ?  Et nous, vivons-nous et agissons-nous en pleine adhésion à Celui en qui nous avons mis notre foi ? (cf. Ac 14, 23)

                   La lettre "Porta Fidei" nous invite donc à retrouver le goût de nous nourrir de la Parole de Dieu et du Pain de Vie (3), à nous convertir (6), à laisser l'amour du Christ remplir nos cœurs (7), "à confesser notre foi dans le Seigneur ressuscité dans nos cathédrales et dans les églises du monde entier, dans nos maisons et nos familles" (8)

                   Le Pape rappelle l'importance du Credo, à continuer d'apprendre par cœur, comme aux premiers siècles chrétiens, credo à méditer et à professer personnellement et en communauté croyante (9-10). Il appuie son propos en citant Saint Augustin :

                   "On vous a donc donné à apprendre et vous avez récité ce que vous devez avoir toujours dans l'âme et dans le cœur, répéter sur votre couche, méditer sur les places publiques, ne pas oublier en prenant votre nourriture, murmurer même intérieurement durant votre sommeil (Sermon 21.5 sur la Reddito Symboli)

                   Nous sommes également invités à redécouvrir le Catéchisme de l'Église Catholique, "un des fruits importants du Concile Vatican II", souligne le Pape. "En cette année, ce catéchisme pourra être un véritable instrument pour soutenir la foi, surtout pour tous ceux qui ont à cœur la formation des chrétiens, si déterminante dans notre contexte culturel" (12).

                   La foi, rappelle le Pape, ne va pas sans la charité : "La foi sans la charité ne porte pas de fruit et la charité sans la foi serait un sentiment constamment sujet au doute. Foi et charité se réclament réciproquement, si bien que chacune permet à l'autre de réaliser son chemin" (14)

                   Nous l'aurons compris, la lettre "Porta Fidei", nous exhorte, en cette année de la foi, à renouveler tout notre être chrétien, à nous laisser revivifier par la grâce de Dieu, à réveiller non seulement notre foi mais aussi notre espérance et notre charité.

                   Nous veillerons, dans notre diocèse de Strasbourg, à célébrer non seulement l'ouverture et la clôture de cette année de la foi, mais aussi à nous associer, selon les paroisses, à l'une ou l'autre des célébrations mondiales, comme la veillée de Pentecôte, avec les Mouvements…  Nous aurons donc à y réfléchir en conseils diocésains et à en reparler.

                   Quant au Catéchisme de l'Église Catholique, une journée nationale, le 18 octobre prochain, offrira aux prêtres, diacres et acteurs pastoraux en responsabilité catéchétique, une formation donnée simultanément en trois lieux : Paris, Lyon et Toulouse. Se renseigner auprès de notre Service Diocésain de Catéchèse, ou sur www. catechese.catholique.fr

2.  Le cinquantième anniversaire de l'ouverture du Concile Vatican II

                   Cet anniversaire a largement été annoncé dans toute l'Église, et tout spécialement dans la lettre "Porta Fidei".

                   En France, nous avons vécu, à Lourdes, les 24 et 25 mars dernier, un très beau rassemblement de plus de 2500 participants venus de tous les diocèses de France. Notre diocèse y était bien représenté (cf. "L'Église en Alsace", mai 2012). Moments précieux de mémoire, d'action de grâce et de supplication pour notre Église et pour tous ses membres.

                   À nouveau, tous les diocèses de France sont invités à célébrer le jour anniversaire de l'ouverture du Concile, le 11 octobre 2013 ou l'un des jours proches, comme le dimanche 14 octobre. J'invite donc les curés à faire mémoire priante de ce grand événement d'Église (Messe, veillée de prière, conférences…).

                   À Strasbourg, alors qu'à cette date se tiennent les États Généraux du Christianisme, organisés par l'Hebdomadaire "La Vie", la messe du Chapitre de la Cathédrale, à 9 h., le jeudi 11 octobre, fera mémoire du Concile Vatican II. Il en sera de même le dimanche 14 octobre, lors de la messe célébrée à Saint Pierre le Vieux, messe que je présiderai, et qui sera retransmise par "Le Jour du Seigneur".

                   À la fin du mois d'octobre, une conférence sera donnée, à Strasbourg, puis à Mulhouse et à Colmar, par Mgr Georges Gilson : "Vatican II, un guide sûr pour notre Église". Mgr Gilson, Archevêque Émérite de Sens-Auxerre et de la Mission de France, a participé au Concile Vatican II comme secrétaire particulier du Cardinal Veuillot. Je vous recommande vivement de venir l'entendre :

                   Strasbourg, Cathédrale, mardi 23 octobre, à 20 h. 30

                   Mulhouse, Sainte Marie, mercredi 24 octobre, à 20 h. 30

                   Colmar, Saint Martin, jeudi 25 octobre 2012, à 20 h. 30

                   Le Concile Vatican II, "une boussole fiable", c'est ainsi que le qualifiait Jean-Paul II, et que le qualifia à son tour Benoît XVI :

                   "J'ai considéré que faire commencer l'Année de la Foi en coïncidence avec le cinquantième anniversaire de l'ouverture du Concile Vatican II, peut être une occasion propice pour comprendre que les textes laissés en héritage par les Pères conciliaires, selon les paroles du Bienheureux Jean-Paul II, «ne perdent rien de leur valeur ni de leur éclat». Il est nécessaire qu'ils soient lus de manière appropriée, qu'ils soient connus et assimilés, comme des textes qualifiés et normatifs du Magistère, à l'intérieur de la Tradition de l'Église…  Je sens plus que jamais le devoir d'indiquer le Concile comme la grande grâce dont l'Église a bénéficié au vingtième siècle : il nous offre une boussole fiable pour nous orienter sur le chemin du siècle qui commence. Moi aussi j'entends redire avec force tout ce que j'ai eu à dire à propos du Concile quelques mois après mon élection comme Successeur de Pierre : "Si nous le lisons et le recevons, guidés par une juste herméneutique, il peut être et devenir toujours davantage une grande force pour le renouveau toujours nécessaire, de l'Église" (P.F. 5)

3.  La deuxième année de notre dynamique diocésaine d'évangélisation : évangélisons nos communautés !

                   Alors que va s'ouvrir à Rome le Synode sur la Nouvelle Évangélisation, nous entrerons dans la deuxième année de notre dynamique diocésaine. La première année invitait chacun à éviter la contradiction fréquente qui consiste à dire mais sans rien faire, à vanter les fruits mais sans jamais en produire ! Avant d'évangéliser, laissons-nous évangéliser…  L'invitation faite était double : tout d'abord, avant de prétendre transmettre l'Évangile à autrui, veillons à bien le recevoir, nous-mêmes. Ensuite, plutôt que d'ambitionner d'être les acteurs de notre évangélisation, laissons le Christ nous évangéliser. C'était le sens de l'expression "laissons-nous évangéliser" qui remet le Christ en premier, et nous place en second. Quels que soient nos efforts humains d'évangélisation –et ils sont réels, nécessaires et louables–, c'est d'abord le Christ qui évangélise, c'est Lui l'Évangile, la Bonne Nouvelle. Prédicateurs et catéchistes, ne l'oublions jamais : il n'y a pas d'évangélisation sans profonde humilité, de cette humilité qui faisait dire à Jean Baptiste "Il vient, celui qui est plus puissant que moi, celui dont je ne suis pas digne de délier les sandales" (Lc 3, 16).

                   Évangélisons nos communautés", telle est l'invitation de notre deuxième année d'évangélisation. Elle se veut une suite logique de la première année qui invitait chaque chrétien à se laisser toucher personnellement par le Christ.

                   Pour les chrétiens, expérience personnelle et expérience communautaire s'appellent mutuellement et se complètent. Si le cœur de chaque croyant brûle de l'amour de Dieu, cet unique amour fait de tous les croyants une même famille, une même communauté, un seul peuple.

                   L'expérience communautaire est constitutive de la vie chrétienne. Lorsqu'un croyant, touché par l'annonce de l'Évangile, se convertit, il rejoint d'autres croyants. Ceux-ci l'accueillent, l'initient à la foi et le conduisent au baptême. Baptisé, il entre dans une communauté dont il devient membre à part entière. C'est en communauté –comme en famille– qu'il grandit dans sa foi, qu'il la célèbre, qu'il communie au Christ ressuscité, qu'il exprime la charité de Dieu dans ses actes quotidiens de service et de partage…  C'est en communauté qu'il se réjouit ou qu'il souffre, qu'il est corrigé ou réconforté. C'est en communauté qu'il témoigne de l'action de l'Esprit de Dieu en lui. Si les chrétiens témoignent de leur foi, ils le font d'autant mieux en communauté.

                   "La multitude des croyants n'avait qu'un cœur et qu'une âme. Nul ne disait sien ce qui lui appartenait, mais entre eux, tout était commun. Avec beaucoup de puissance, les apôtres rendaient témoignage à la résurrection du Seigneur Jésus, et ils jouissaient tous d'une grande faveur". Ainsi est décrite la première communauté chrétienne dans les Actes des Apôtres (4, 32-33).

                   Le témoignage de la charité communautaire est d'une grande importance. Souvent, ce témoignage se passe de mots. Le Christ n'a-t-il pas dit à ses disciples : "Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés ! C'est à l'amour que vous aurez les uns pour les autres que l'on vous reconnaîtra pour mes disciples !" (Jn 13, 34-35).

                   Veillons donc à faire de nos communautés chrétiennes, avec la grâce de Dieu, non pas des centres administratifs, mais des lieux d'accueil et d'amitié fraternelle, des lieux de foi fervente et joyeuse, de solidarité et de pardon…

                   Après le dernier Numéro Spécial "Une Bonne Nouvelle à accueillir", qui faisait allusion à l'accueil de l'Évangile dans les premières communautés chrétiennes, comme le relatent les Actes des Apôtres, le Numéro Spécial de cette année portera le titre "Évangélisons nos communautés". Faisant le lien entre nos communautés d'aujourd'hui et les communautés chrétiennes des origines, il citera fréquemment les Actes des Apôtres. J'invite toutes les communautés de paroisses du diocèse à faire du premier dimanche de l'Avent, le 1er décembre 2012, le jour du lancement de notre dynamique diocésaine "Évangélisons nos communautés", à présenter le "Numéro Spécial" qui en est le support, et à profiter au mieux du premier chapitre composé spécialement pour ces communautés.

                   En cours d'année pastorale, à l'ouverture du Carême, les "Actes des Apôtres" seront ensuite proposés aux membres de nos communautés, comme nous l'avions fait précédemment, en édition de poche, avec les évangiles de Saint Marc, de Saint Luc et de Saint Matthieu.

4.  Diaconia 2013. Servons la fraternité !

               Une des dimensions de l'évangélisation, pour tout chrétien et pour toute communauté, c'est de se laisser évangéliser par le Christ présent dans le frère…  "Ce que vous avez fait au plus petit d'entre vos frères, c'est à moi que vous l'avez fait" (Mt 25, 40). Tel est le sens de la démarche Diaconia. Le Rassemblement national Diaconia aura lieu à Lourdes, à l'occasion de la Fête de l'Ascension, les 9, 10 et 11 mai 2013.

                   Porté par notre Conseil Diocésain de la Solidarité, et relayé dans chacune de nos zones pastorales, Diaconia 2013 est un appel à élargir la responsabilité du service des frères à tous les membres de l'Église. Le service de charité, la diaconie, n'est pas d'abord une affaire de spécialistes, c'est la responsabilité de chaque chrétien. C'est aussi la responsabilité de toute communauté puisqu'il ne saurait exister de communauté chrétienne sans charité…

                   Chacun est donc invité à se reconnaître frère de tous, proches ou lointains, dans une attitude d'ouverture et de dialogue. Chaque communauté chrétienne est invitée à vivre la fraternité et l'espérance avec les personnes en situation de précarité et de souffrance.

                   Le rassemblement national de Lourdes réunira les chrétiens délégués, quelles que soient leurs conditions matérielles –nous veillerons à aider des personnes en situation précaire à participer au Congrès–, afin que tous partagent le bonheur de la charité de Dieu dans leurs solidarités humaines, qu'ils célèbrent avec foi et espérance, et qu'ils puissent en témoigner en retour.

                   Les préparatifs du Rassemblement mobilisent actuellement toutes les zones pastorales, les communautés de paroisses et beaucoup de mouvements diocésains. Nous sommes dans la phase de rédaction du Livre des Merveilles de la charité transformant les souffrances et les fragilités…  Que de témoignages à recueillir à travers toutes ces rencontres fraternelles où les uns et les autres se cherchent et se trouvent, s'entraident et se reconnaissent frères…

                   Chaque mois, dans "Carrefours d'Alsace", la démarche de Diaconia 2013 est rappelée…  Il y a beaucoup de peines et de détresses dans notre monde, et il y a, heureusement, tant de bonnes nouvelles de fraternité à partager !

                   Pour faire suite au Rassemblement national de Lourdes, tous les diocésains concernés par la solidarité et par la démarche de Diaconia sont invités à se retrouver en centre Alsace, le 11 novembre 2013 – lieu, horaire et contenu de l'après-midi vous seront communiqués ultérieurement.

5.  La Visite Pastorale se poursuit

               Nous venons de célébrer l'ordination épiscopale de Mgr Vincent Dollmann. Ce fut un beau moment d'action de grâce et un signe important de notre unité diocésaine.

                   Si deux zones pastorales avaient pu être visitées l'an dernier, Thur Doller par Mgr Kratz et Strasbourg par moi, trois zones pourront désormais être visitées, cette année : Haguenau par Mgr Kratz, Saint Louis par Mgr Dollmann, et Mulhouse par moi-même.

                   Comme l'an dernier, toutes les communautés de paroisses, toutes les réalités pastorales, les services, les mouvements seront concernés. L'éducation, la santé, la vie économique et la vie politique… ces réalités de la vie civile seront prises en compte dans la visite. Un temps de rencontre personnelle est prévu pour les prêtres, diacres et coopérateurs, et une journée de retraite spirituelle sera prêchée par l'Évêque aux prêtres de la Zone et à leurs collaborateurs pastoraux.

                   À l'occasion de ces visites, je souhaite que nous vivions des rencontres vraies où nous pourrons parler des réalités difficiles ou heureuses de notre vie avec simplicité et confiance. Je souhaite aussi que nous découvrions le travail discret mais réel de l'Esprit Saint traversant et fécondant nos épaisseurs humaines.

6.  Et la vie quotidienne, dans tout ça ?

               Que de grands événements allez-vous dire… ? Et notre projet paroissial, et nos activités ordinaires, dans tout cela ? Comment éviter le sentiment d'empilement des projets – le fameux "mille-feuilles"…, et le risque de surcharge et de dispersion pastorale ?

                   Face à toutes ces propositions, il faut garder calme et confiance. Tout n'est pas à vivre avec la même intensité, dans le même temps, et par les mêmes acteurs pastoraux ! Notre Église est une grande famille, pleine de vie. Cette abondance de vie et de propositions n'est pas appel à tout faire par soi seul, mais à se sentir relié aux autres chrétiens, à s'inscrire dans un cheminement et une histoire, à s'abreuver chaque jour, et sans avidité inquiète, à la source d'eau vive…

                   Mettons-nous donc en route avec confiance, nous soutenant les uns les autres, sans faire ou consommer tout à la fois, mais en étant assurés que, chaque jour, Dieu nous donne, comme la manne au désert, le pain pour la route !

                   Mesurons toute la cohérence de la vie chrétienne où foi et charité se soutiennent et appellent l'espérance.

                   Toujours Dieu veille sur nous et nous parle.

                   N'oubliant pas que durant trois ans, nous avons centré nos efforts pastoraux sur la Parole de Dieu, nous aurons à vérifier aussi comment la Parole de Dieu éclaire nos vies, comment elle est célébrée dans nos liturgies, comment elle ouvre nos réunions ou les clôt, comment la Parole de Dieu est parole de vie pour chacun de nous, comment, en quelles circonstances, des Assemblées de la Parole peuvent avoir lieu (cf. "L'Église en Alsace", mai 2012). Pour aider les curés, le Service Diocésain de Liturgie, en lien avec Magnificat, va mettre à leur disposition un livret de propositions liturgiques, présenté au début de l'année 2013.

                   Toujours, le Christ parle et appelle. Veillons à aider chaque chrétien à entendre le Christ, à se sentir aimé et appelé par Lui ! Notre Service Diocésain des Vocations diversifie ses propositions : Année Saint Paul, week-ends au Grand Séminaire, veillées de prière et autres temps forts, comme la semaine d'adoration au Mont Sainte Odile...

                   Veillons à aider chaque jeune chrétien à discerner sa vocation et à répondre au Christ avec liberté et confiance !

                   Frères et Sœurs, avançons au large !

                                                                                  + Jean-Pierre GRALLET

                                                                                     Archevêque de Strasbourg