Retour à l'accueil

Réflexions pour la Veillée pascale et le Jour de Pâques
Actualité du 10/04/2020


Réflexion pour la nuit pascale

Un chemin sans limite

Les derniers mots de l’évangile de cette nuit, « Allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront », ouvrent un horizon sans fin au chemin parcouru, à la Passion vécue, à la Pâque accomplie, au Mystère de la Résurrection qui court aux quatre coins de la terre.

Les sept lectures de la Veillée et l’Epître nous conduisent à cette ultime étape du chemin de Dieu : Christ nous précède en Galilée. Pour cela, la route fut longue ; le chemin semé d’embûches.

Il y eut un premier pas à faire le jour de la création où l’homme est appelé à âtre debout face à Dieu, à l’image de Dieu (première lecture). Mais son descendant Abraham, pour être notre père dans la foi « se mit en route vers l’endroit que Dieu lui avait indiqué » (deuxième lecture). Sa descendance fait la même expérience car « les fils d’Israël avaient marché à pied sec au milieu de la mer » (troisième lecture). Mais si le peuple continue de s’égarer, le Seigneur lui fait cette promesse : « Dans ma grande tendresse, je te ramènerai » (quatrième lecture). Encore faut-il avoir le désir de cette liberté qui fait se lever : « Vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau » (cinquième lecture). Mais il est vrai, comme le rappelle le prophète Baruc, que « si tu avais suivi les chemins de Dieu, tu vivrais dans la paix pour toujours » (sixième lecture). Ainsi, c’est Dieu lui-même qui encore et de nouveau agira : « Je vous prendrai du milieu des nations, je vous rassemblerai de tous les pays, je vous conduirai dans votre terre » (septième lecture).  

Maintenant, l’homme nouveau sait que « si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec Lui » (épître).

Reste un chemin de Pâques sans limite : il nous précède en Galilée. Vivre en ressuscité, c’est aller vers la Galilée, ressentir en nous la force de la Résurrection, c’est voir le Seigneur ressuscité loin du tombeau où je l’avais déposé. Il est dans la Galilée des Nations, dans la périphérie de tout pays, sur la terre envisagée de la Résurrection.     (Missel des dimanches 2020)

 

Réflexion pour le Jour de Pâques

 Qu’as-tu vu en chemin ?

 Au tombeau, Marie-Madeleine s’y rend de grand matin, puis elle court vers Simon Pierre et le disciple bien-aimé ; vers ce même tombeau, ils courent (évangile). Où leurs pas les mèneront-ils ?

Après la Résurrection, pour Pierre, lorsqu’il arrivera à Césarée (première lecture), ses pas l’ont mené chez le centurion Corneille pour témoigner du Christ ressuscité. Jamais il n’avait pensé qu’aller jusqu’au lieu de la Résurrection le mènerait au lieu imprévu : celui de l’étranger qui a reçu l’Esprit Saint tout comme lui.

Pour Jean, il vit et il crut. Ses pas le conduisent sur le chemin intérieur de la Foi. Il recherchera les réalités d’en-haut, comme Paul l’annonce aux Colossiens (deuxième lecture), car désormais sa vie restera cachée avec le Christ qui a dit de lui : « Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne » (Jn 21,22).

Tous ces hommes et femmes de la Résurrection, chacun à leur manière, font l’expérience de la Foi, un retournement s’opère, de nouveaux chemins s’ouvrent dans leur existence. Dans les trois cas, c’est un chemin qui passe par une profondeur encore plus grande de leur amour pour Jésus ; une manière plus ample de l’aimer qui dépasse leurs attachements, leurs reniements, leurs émotions… Trois témoins, trois manières particulières de courir, trois chemins qui, malgré leurs particularités, éprouvent le même dynamisme : la Foi. Et le même désir : le Ressuscité.

Leur témoignage est pour nous. Nous sommes tous invités à ce même chemin de la Foi et de l’Amour, de l’Espérance qui fait avancer.

C’est bien parce que nous avons vu trop de tombeaux qu’il nous faut voir au-delà, avec les yeux de la Foi, le Ressuscité, et prendre la voie du Seigneur.

Dans une admirable poésie, la séquence du jour de Pâques nous fait poser alors cette question qui devient réponse à toutes nos interrogations : « Dis, Marie-Madeleine, qu’as-tu vu en chemin ? »      (Missel des dimanches 2020)

Les dernières actualités

Au cœur de la vie de nos Paroisses
Lourdes en Alsace

Lourdes en Alsace   A l'occasion de la fête de l'Assomption de la Vierge Marie, le dioc..

Une messe le dimanche à 18h à partir du 5 juillet

Nouveauté !   Depuis le déconfinement, deux messes dominicales ont ét&ea..

Reprise des offices publics à partir du 29 mai

Reprise des offices publics dans la Communauté de paroisses Cœur du Sundgau à p..

Témoignage de Peggy Bannwarth des Pompes Funèbres Muller

De nombreuses familles ont été touchées par le décès d'un proche ..

L'évangile du dimanche en Lego et en vidéo

Depuis le début du confinement, Gaëlle Spaar, notre coopératrice de la pastorale ..

Témoignage de Céline, coopératrice de la pastorale des jeunes et soignante en réanimation

Ma vie a changé depuis quelques mois… oui, le soleil brille et pourtant je travaille d..

Informations du Diocèse de Strasbourg

Les cloches applaudissent Sollicitée par la préfecture du Bas-Rhin et décid&ea..

Réflexions pour la Veillée pascale et le Jour de Pâques

Réflexion pour la nuit pascale Un chemin sans limite Les derniers mots de l’év..

Réflexions pour le Jeudi Saint et le Vendredi Saint

Réflexion pour le Jeudi Saint A la croisée des chemins « Si je ne lave pa..

Réflexion pour le Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur

Voici ton roi qui vient vers toi, plein de douceur   Ce dimanche des Rameaux et de la Passion..